Clinique Ω

Quelle prise en charge ?

La dénutrition :

La Dénutrition est un état de carence en énergie, en protéine ou en autre nutriment avec pour conséquences des perturbations du fonctionnement de l’organisme et des paramètres biologiques.

Le diagnostic repose principalement sur l’observation d’une perte de poids trop rapide : plus de 2% en une semaine, ou 5% en un mois ou 10% en 6 mois.

Définition extraite du TRAITE DE NUTRITION CLINIQUE DE L’ADULTE du PR BASDEVANT Arnaud, du Dr LAVILLE Martine, du DR LEREBOURS Eric.

Mais d’autres signes peuvent nous mettre en alerte en fonction de l’âge, des signes biologiques, le signe du pli-cutané et l’amaigrissement visible.

Prise en charge de la dénutrition :

  • La dénutrition est fréquente mais souvent méconnue surtout dans toutes les pathologies sévères.
  • Elle augmente le risque de complications, d’infection et de mort.
  • Dépister la dénutrition est simple et indispensable.
  • La correction de la dénutrition doit être la plus précoce possible.
  • On sait également que 30 à 50% des hospitalisés souffrent de dénutrition.


L’obésité :

L’obésité est reconnue comme une maladie chronique depuis 1997 par l’OMS qui la définit ainsi : « Le surpoids et l’obésité sont une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé ». Sa prévention est un problème de santé publique dans nos pays développés.

Les répercutions sur la santé de l’individu peuvent être très importantes, c’est une maladie multifactorielle. Les graisses (et autres lipides), tout comme les sucres (glucides), servent à stocker de l’énergie dans le corps. Les graisses sont stockées dans des cellules appelées adipocytes. Dans l’obésité : lorsque les adipocytes arrivent à saturation, ils se multiplient.

L’évaluation réglementaire de l’obésité utilise l’IMC (Indice de Masse Corporelle). C’est un chiffre qui permet d’estimer la corpulence d’une personne, soit le poids sur la taille au carré. Cependant, un examen plus pointu est nécessaire par osteo densitomètrie du corps entier ou dexa afin d’obtenir les valeurs précises de la répartition des masses grasses, maigres et osseuses du corps !

Les Complications de l’obésité peuvent être :

Les maladies cardio vasculaires, le diabète de type 2, l’apnée du sommeil, les cancers, les complications articulaires et le retentissement psychosocial.


La maladie métabolique :

Une maladie métabolique est une pathologie qui affecte le métabolisme des cellules, en particulier la production d’énergie. De nombreuses maladies métaboliques sont d’origine génétique, bien qu’un petit nombre d’entre elles soient « acquises » du fait du régime alimentaire, d’agents toxiques ou de toxines, ou d’infections.

Les maladies métaboliques les plus connues sont : Les diabètes, les affections des glandes thyroïdes, para thyroïdes ou surrénales, les pancréatites...

Les complications possibles : l’obésité et la dénutrition.

Les diabètes

Chez un individu sain, le contrôle de la glycémie se fait par l’insuline, une hormone sécrétée par le pancréas. L’insuline permet l’entrée du sucre dans les cellules pour qu’il soit utilisé comme carburant, particulièrement dans les muscles et le foie. Chez une personne atteinte de diabète de type 2, l’organisme devient incapable de réguler la glycémie, c’est-à-dire le taux de glucose dans le sang. C’est alors que la glycémie s’élève (on parle d’hyperglycémie). À long terme, si la glycémie n’est pas abaissée par des traitements, cela peut causer de graves problèmes de santé, en particulier des problèmes cardiovasculaires.

On distingue 2 formes principales de diabète, le diabète de type 1 et le
diabète de type 2, tous deux caractérisés par une hyperglycémie chronique.

Le diabète de type 1 survient chez les personnes jeunes et apparaît souvent dans l’enfance. Il est causé par une destruction auto-immune du pancréas qui ne produit plus d’insuline. La cause est mal connue et il n’y a pas de prévention possible actuellement. Les gens atteints sont donc dépendants de l’insuline qui doit être administrée par injection.

Quant au diabète de type 2, qui représente 90 % des cas de diabète, il survient plus tard dans la vie. Il est principalement dû à un état de résistance à l’insuline et est associé au surpoids.

RAPPEL DES NORMES

Glycémie capillaire à jeun normale : 0.80 à 1.20.
Glycémie capillaire après repas (post prandial) : 0.80 à 1.40.

Qu’est ce que l’Hypertension artérielle ?

Elle correspond à une pression trop élevée permanente du sang dans les artères.

Quand il y a une hypertension durable, les artères vieillissent plus vite et c’est tout le système cardio-vasculaire qui est en danger. L’excès de tension va abîmer la paroi des vaisseaux et favoriser ainsi la formation de plaque d’athérome. Les vaisseaux risquent alors de se boucher entraînant de graves conséquences.